24 novembre 2022 | il y a 2 mois

Sécurisation industrielle : Le numérique à la rescousse

Des start-up se mobilisent pour accompagner le développement du marché industriel 4.0 en proposant des solutions numériques et digitales aux entreprises et usines. Quelques-unes de ces solutions sont exposées dans le salon Secura North-Africa 2022, qui sera clôturé ce jeudi au Palais des expositions.

news-detail

Développer l’industrie 4.0, comme l’ambitionnent les pouvoirs publics, exige non seulement des solutions digitales en matière de sécurité, mais également des systèmes numériques qui protègent ces solutions contre les virus, notamment. Des solutions et systèmes de sécurité innovants que des start-up s’emploient à mettre au point et à répondre ainsi aux nouveaux besoins du marché. Profitant du Salon international du feu, de la sécurité, de la sûreté et de l’urgence, Secura North-Africa 2022, qui sera clôturé aujourd’hui, au Palais des expositions, la Safex, des start-up ont fait la promotion de leur toute dernière nouveauté en termes de solutions, au profit des entreprises privées, publiques et des institutions.

«Les solutions digitales et numériques permettent une meilleure visibilité des risques et favorisent une intervention rapide en cas d’incidents, accidents ou dysfonctionnements. Ce qui réduit considérablement les coûts en matière d’investissement et les entreprises, de plus, n’ont pas besoin d’employer un grand personnel pour surveiller les infrastructures», indique le gérant de Algerian Electronic Technology Industries, Zakaria Rabia. Il a signalé, à ce propos, que le marché industriel se tourne de plus en plus vers les systèmes de protection et de sécurisations digitaux. «Il y a une forte demande sur les solutions digitales pour optimiser les process de production, les systèmes de gestion, de sécurité…Et nous, en tant qu’opérateur, nousnous employons à leur proposer des solutions qui répondent à des besoins précis», souligne-t-il.

Dans le cadre du salon Secura, il a exposé deux produits phares, à savoirune solution pour localiser, contrôler à distance et sécuriser les véhicules et les conducteurs tout en prévenant contre les risques, de panne entre autres, et une autre pour sécuriser tout le périmètre des usines. Cette solution offre une visibilité totale sur les infrastructures, permettant la détection d’anomalies, les incendies, par exemple. La start-up Easydoo propose, quant à elle, des solutions relatives aux systèmes de sécurité géographique.

«Nous avons numérisé les plans géographiques pour le compte d’entreprises et des institutions où il est aisé de détecter les anomalies, dans les usines, la voie publique, les rassemblements, par exemple. Ces plans contribuent aussi dans la gestion des évacuations dans le cas de dangers», explique l’assistante administrative de cette start-up, Selma Laâdjel. L’application, assure-t-elle, est visible sur mobile et sur web de telle sorte qu’elle permet aux bénéficiaires de contrôler les emplacements ciblés à tout moment. «Nous proposons aussi une solution de gestion et d’analyse des risques naturels pour le compte des assureurs. Ainsi, avant de fixer leurs prix, ils ont une idée de tous les points sensibles des infrastructures ou des domiciles à assurer», rapporte-t-elle.

Se rapprocher des institutions publiques

Le responsable commercial de la start-up Lablabee, Samir Bennour, a confié que ce salon a permis aux opérateurs dans l’innovation de se rapprocher facilement des entreprises, mais surtout des institutions publiques, parfois difficiles à contacter. La solution proposée par cette start-up dans la protection contre la cybercriminalité lui a fait gagner de gros clients à l’international, comme Orange en Europe et le groupe Togo Com en Afrique. «Au niveau national, on conclu un marché la semaine dernière avec Algérie-Télécom et on est en négociation avec des banques et des institutions. Pour l’instant, on compte plus de clients étrangers que nationaux», révèle-t-il.

Le président du Groupe algérien des acteurs du numérique (GAAN), Bachir Tadjeddine, a appelé les entreprises innovantes à produire des systèmes digitaux pour sécuriser le marché industriel, mais aussi à renforcer les solutions pour protéger davantage ces systèmes contre les virus et les attaques. «Le secteur industriel a besoin du numérique, certes. Mais le numérique a aussi besoin de l’industrie pour se développer», a-t-il expliqué.

24 novembre 2022 | algeria-logo